L’avortement

Les rituels ne sont pas là pour moraliser ou juger, de quelconque façon que ce soit. Les écorituels sont là pour accueillir cette épreuve dans l’histoire individuelle de deux êtres. Aucune femme ne passe par le choix d’avorter dans l’insouciance et la joie. C’est un choix engendré par des raisons que nul ne peut juger.

Les rituels universels vont par contre accueillir les émotions intérieurs de la femme (ou du couple) pour passer cette étape, même plusieurs années après.

Aussi bien adapté aux douleurs physiques que morales, un tel rituel peut aussi accompagner la libération de l’âme qui, durant quelques semaines, a emménagé dans le corps de la femme.

Pour ne pas vivre dans le silence, la honte, la colère mais surtout la culpabilité, il est essentiel de ritualiser ce choix pour pouvoir symboliquement libérer cette partie d’âme et peut-être lui expliquer qu’à ce moment-là, dans cette vie là, ce n’était pas possible.

Revenir en paix, face à soi et à son choix.

Ce rituel peut se vivre seule, en couple ou entre mère et fille, entre femmes.